10 signes de violence conjugale psychologique

violence conjugale psychologique

La maltraitance, quelle qu’elle soit, est compliquée et peut être difficile à identifier. C’est particulièrement vrai pour la violence psychologique : dans le cas de l’abus physique, il y a souvent des preuves tangibles de violence, mais les relations émotionnelles abusives peuvent impliquer des jeux d’esprit sophistiqués et toxiques.

En effet, nous entendons souvent parler dans les médias des violences faites aux femmes. Il peut s’agir de violences sexuelles ou de violences physiques. Mais les violences psychologiques peuvent être toute aussi violentes. 

Par conséquent, la violence psychologique peut être tout aussi dommageable que la violence conjugale. Pour aider les femmes victimes (et leurs proches) à comprendre les signes, nous nous sommes entretenus avec Kelly McNelis, fondatrice de Women for One, et le Dr Sherry Benton, fondatrice et directrice scientifique de TAO Connect.

RENCONTREZ L’EXPERTE

Kelly McNelis est un auteur renommé et la fondatrice de Women for One, une destination pour les femmes prêtes et désireuses de faire bouger la vie.

Sherry Benton, Ph.D., fondatrice et directrice scientifique de TAO Connect, a plus de 25 ans d’expérience clinique et de recherche dans le domaine du conseil psychologique et de la santé mentale des étudiants.

Lisez la suite pour découvrir les signes avant-coureurs de la violence psychologique et les conseils des experts pour naviguer dans ces relations.

Pourquoi la violence psychologique est-elle difficile à identifier ?

Si vous avez déjà été confronté à des manifestations d’affection imprévisibles, vous avez peut-être ressenti les effets de la violence psychologique (même sans le savoir). Il est parfois difficile de savoir si vous avez des problèmes relationnels normaux ou si vous êtes manipulé. Les violences conjugales psychologiques sont bien plus compliquées à déceler que les violences faites physiquement à son conjoint. 

« Si quelqu’un est physiquement violent, c’est flagrant et évident », dit Mme Benton. « Les relations émotionnellement abusives sont plus subtiles ». Elle note que ces relations commencent généralement de manière exceptionnelle avant que les problèmes ne s’aggravent avec le temps. « À chaque fois, vous vous adaptez davantage aux schémas négatifs, et il devient donc plus difficile de les voir – ainsi que de les quitter. »

De nombreuses victimes d’abus découvrent les effets néfastes au fil du temps. Après tout, si un agresseur agissait ainsi dès le départ, comment pourrait-il développer une relation pour commencer ? Tout est une question de timing.

« Il y a cette histoire qui [dit] que si vous jetez une grenouille dans une casserole d’eau bouillante, elle va se démener pour en sortir », explique Benton. « Mais si vous mettez la grenouille dans l’eau encore froide et que vous augmentez lentement la température, la grenouille restera jusqu’à ce qu’elle meure d’ébullition. Le même genre de chose peut se produire dans les relations. »

Heureusement, il existe des moyens de reconnaître les signes avant-coureurs afin de favoriser des relations plus saines.

Si vous pensez être victime de violences conjugales psychologiques, demandez à vos amis et à votre famille de vous aider (et de vous rappeler que vous n’êtes pas seul). En effet, l’aide aux victimes peut perte effectuée par des professionnels, mais également par votre entourage pour avoir un point de vue extérieur à votre relation.  

Les 10 signes d’abus émotionnel

La violence psychologique est généralement un moyen pour une personne d’en contrôler une autre. Contrairement aux victimes de violence physique, les hommes ou les femmes victimes de violences psychologiques ne sont pas toujours conscients de la situation. Si vous craignez d’en être victime avec votre partenaire, Mme Benton vous conseille de rechercher les dix signes définis par le Dr John Gottman de l’Institut Gottman :

  • Le contrôle : Votre partenaire peut sembler s’intéresser de trop près à votre vie sociale ou contrôler vos habitudes quotidiennes sans tenir compte de vos désirs. Vous n’avez pas la liberté de faire vos propres choix (que ce soit ouvertement ou subtilement). Même les petits commentaires qui sapent votre indépendance sont un moyen de contrôle. Il ne s’agit pas ici de harcèlement, mais véritablement d’une emprise psychologique
  • Crier : Il est normal que les partenaires élèvent la voix de temps en temps, mais il n’est pas sain que les désaccords dégénèrent régulièrement en cris. C’est particulièrement inquiétant si vous avez peur. Non seulement les cris rendent presque impossible une conversation productive au sein du couple, mais ils créent aussi un déséquilibre de pouvoir – seule la personne la plus bruyante est entendue. Il s’agit ici d’une domination de la part du conjoint violent
  • Le mépris : Lorsqu’un partenaire éprouve du mépris pour l’autre, il n’est pas facile pour l’un ou l’autre d’exprimer ses sentiments. Il s’agit ici d’un cas de violence émotionnel. Benton fait remarquer que dans une relation conjugale saine, sans violence physique ou verbale, on s’attend à ce que votre partenaire vous écoute et vous respecte (même s’il ne peut pas vous donner ce dont vous avez besoin). S’il répond à vos besoins par des sarcasmes mesquins, de l’arrogance, du dégoût ou de l’apathie, alors le mépris peut créer une barrière dans votre relation.
  • Défenses excessives : Lorsque vous avez constamment l’impression de devoir vous défendre, il y a moins de place pour une communication positive. Il est important que les deux parties soient capables de se parler ouvertement – et honnêtement – pour résoudre les problèmes. Selon Benton, une attitude défensive excessive peut donner l’impression que vous êtes dans une bataille où votre bouclier est toujours levé.
  • Les menaces : Si votre partenaire vous menace de quelque façon que ce soit, vous pouvez avoir l’impression d’être en danger. Les déclarations coercitives du type « si, alors » peuvent inclure du chantage, des menaces de blessures physiques ou de suicide, ou d’autres remarques intimidantes, mais elles ont souvent la même intention : mettre les victimes au pied du mur (et les empêcher de partir).
  • L’obstruction : Benton note que l’obstruction se produit lorsqu’un partenaire refuse de parler ou de communiquer. Si votre partenaire refuse toute conversation gênante, vous pouvez avoir l’impression qu’il vous abandonne. Son refus de discuter des problèmes peut être perçu comme un rejet ou un manque d’intérêt pour vos sentiments.
  • Blâme : On fait souvent croire aux victimes de violences conjugales qu’elles sont la cause – et donc qu’elles méritent – de la violence et du malheur qu’elles subissent, ce qui rend le cycle de la violence beaucoup plus difficile à briser. Cette situation peut être exacerbée par la honte que ressentent de nombreuses victimes pour avoir laissé la violence se poursuivre.
  • Gaslighting : Forme de manipulation psychologique, le gaslighting amène les victimes à douter de leurs souvenirs, de leur jugement et de leur santé mentale. Si vous trouvez que vos préoccupations (et même vos souvenirs) sont souvent rejetées comme étant « fausses », « stupides » ou « folles », vous êtes peut-être victime de gaslighting.
  • Isolement : La violence psychologique est omniprésente et touche tous les domaines de la vie. Elle affecte notamment les relations des victimes avec leurs amis et leur famille. Les agresseurs convainquent souvent leurs partenaires que personne ne s’intéresse à eux. Cette aliénation peut donner aux victimes l’impression d’être sur une île, loin des êtres chers et des versions passées d’elles-mêmes.
  • Volatilité : Si une relation est constamment interrompue par des sautes d’humeur, cela peut être le signe d’un abus. De nombreuses personnes connaissent des hauts et des bas naturels, mais c’est un problème lorsque cela nuit au partenaire. Les agresseurs volages couvrent souvent leurs victimes de cadeaux et d’affection après un accès de colère, pour se mettre à nouveau en colère peu de temps après.

Votre partenaire est-il violent ?

Selon M. Benton, il faut savoir que dans les relations saines, les désaccords sont considérés comme une occasion de progresser et les deux personnes s’efforcent de trouver un terrain d’entente.

« Ce n’est pas que les personnes qui ont une relation saine n’ont pas de désaccords ; elles en ont. Elles en ont tout autant que les personnes qui ont une mauvaise relation », affirme Benton. « La différence est ce qu’ils font de ces conflits ».

Bien que cela puisse être difficile à discerner, elle note que les jeux d’esprit sont courants dans les relations de violence émotionnelle. Un partenaire peut être surpris par l’humeur soudainement agréable de l’autre, ou confus par des accès d’amour inattendus. « Vous savez que vous ne pouvez pas vous y fier, parce qu’il va recommencer à vous rabaisser et à vous dénigrer… Vous êtes constamment sur ces montagnes russes émotionnelles avec lui », dit Mme Benton.

Certains partenaires peuvent apprendre à surmonter leurs tendances abusives, mais Mme Benton fait remarquer qu’il est beaucoup plus facile de le faire avec un tiers impartial comme un conseiller en relations amoureuses. Néanmoins, elle souligne que de nombreuses relations sont tout simplement malsaines : « Si vous aimez quelqu’un, vous ne le traitez pas comme ça, jamais. Point final. »

Quand quitter une relation abusive

Si vous ne savez pas quand il est temps de partir, essayez de comparer votre relation actuelle avec ce que vous voulez dans le futur. Benton suggère de vous poser les mêmes questions que vous poseriez à un ami :

« Regardez autour de vous et trouvez une relation que vous pouvez vous imaginer vouloir », dit-elle, en soulignant que le fait d’imaginer comment une relation devrait être peut vous aider à réaliser que vous n’obtenez pas ce que vous voulez. Plutôt que de comparer les relations idéales des films, Mme Benton recommande de penser à « des personnes réelles, qui luttent vraiment l’une contre l’autre et qui travaillent vraiment ensemble ».

Pour décider de partir, il faut notamment comprendre ce dont vous avez besoin. Votre partenaire actuel vous permet-il de vous sentir mieux dans votre peau ? « Si ce n’est pas le cas, vous souffrez probablement plus que vous ne ressentez de l’amour et de l’épanouissement », explique Mme Benton.

Reconstruire l’amour de soi après un abus émotionnel

S’il est essentiel de savoir ce que vous voulez, vous devez également vous rappeler qui vous êtes lorsque vous quittez un partenaire violent. Mme McNelis insiste sur l’importance de faire preuve de compassion et de se rappeler que personne ne choisit volontairement la violence.

« Ce qui est formidable, c’est que ces expériences difficiles nous aident à forger notre caractère, notre force et notre résilience », dit Mme McNelis. « En plongeant dans notre expérience et en choisissant d’apprendre du traumatisme, nous pouvons sortir de l’autre côté plus puissants, et en position de défendre d’autres personnes dans des situations similaires. »

Il n’est jamais facile d’accepter d’avoir été victime de violences au sein du couple : Mais ce n’est pas le moment de se blâmer. McNelis nous rappelle que passer à autre chose est quelque chose dont on peut être fier. Pour vous aider à surmonter cette épreuve, vous pouvez contacter un psychothérapeute spécialisé dans la psychologie EMDR.

« Choisissez de revendiquer votre valeur personnelle et de reconnaître votre courage – à la fois au moment de votre expérience et par la suite », dit-elle. « Plutôt que de vous attarder sur ce que vous auriez pu faire de mieux, [pensez au fait que] chaque moment de la vie vous donne l’occasion de recommencer. » Surtout, elle insiste sur le fait que, quelle que soit la douleur de votre traumatisme, vous pouvez vous en sortir.

Comment aider quelqu’un qui vit une relation d’abus émotionnel ?

Voir une personne que l’on aime subir des violences dans le couple peut être douloureux, même si ce n’est pas vous qui êtes blessé. Si vous soupçonnez un ami ou un proche d’être dans une relation abusive sur le plan émotionnel, Mme Benton suggère de lui apporter votre soutien sans le juger explicitement.

« Renseignez-vous sur la maltraitance psychologique : Ce qu’elle est, ce qu’elle implique et comment les personnes qui en sont victimes pensent, se sentent et se comportent », explique Mme McNelis. « Cela vous aidera à vous mettre à la place de la personne que vous aimez et à comprendre ce qu’elle vit… Trop souvent, les gens de l’extérieur portent des jugements sur la personne sans avoir la moindre idée de ce qu’elle vit et des raisons légitimes qu’elle peut avoir de [rester]. »

Enfin, il est important de se rappeler que la décision de partir ne dépend pas de vous. McNelis dit que la meilleure chose que vous puissiez faire est d’écouter et d’offrir un espace à votre proche.

« En lui permettant de vivre cette expérience et d’être témoin de sa vérité – tout en défendant son courage et sa capacité à faire ce qui est bon pour lui – vous l’aiderez à découvrir ses propres leçons, sa sagesse et sa voix. Vous pouvez aussi l’inciter gentiment à trouver des ressources, [mais] vous ne pouvez pas l’obliger à le faire ; cela doit toujours venir de son seul choix. »