Qu’est-ce que la psychologie EMDR ?

psychologie emdr

L’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) est une psychothérapie qui utilise une stimulation rythmique gauche-droite (bilatérale) pour aider les personnes à se remettre d’un traumatisme ou d’autres expériences pénibles. Pour des thérapies EMDR, il est conseillé de faire appel à un psychothérapeute expérimenté dans ce type de psychothérapies

La stimulation bilatérale est censée débloquer les processus émotionnels qui ont été bloqués par la détresse. Vous pouvez alors commencer à guérir de la peur et de la douleur associées au traumatisme que vous avez vécu. Avec le temps, l’exposition à ces souvenirs réduit ou élimine votre réaction négative à leur égard1.

L’EMDR a été initialement développée à la fin des années 1980 par la psychologue Francine Shapiro pour traiter le syndrome de stress post-traumatique (SSPT). En tant qu’approche thérapeutique, l’EMDR s’appuie sur plusieurs théories de psychothérapie, notamment les concepts de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC).

Techniques de la psychologie EMDR

L’EMDR est généralement pratiqué une à deux fois par semaine, pour un total de six à douze séances, par un praticien clinicien formé et qualifié pour pratiquer l’EMDR.

L’EMDR comporte huit phases de traitement de l’information axées sur le passé, le présent et l’avenir. Chaque phase vous aide à surmonter la détresse émotionnelle et le traumatisme, puis à acquérir des compétences pour faire face au stress actuel et futur.

Phase 1 : Analyse de l’histoire

La première phase consiste à recueillir votre histoire complète. Il peut s’agir de souvenirs, d’événements ou d’expériences douloureuses de votre passé, ainsi que de votre stress actuel. Sur la base de votre histoire, votre thérapeute et vous élaborerez un plan de traitement ciblant des souvenirs ou des incidents spécifiques.

Phase 2 : Préparation

Au cours de cette phase, votre psychologue et thérapeute vous aidera à apprendre des moyens de gérer le stress et l’anxiété, par exemple en faisant des exercices mentaux.

Phase 3 : Évaluation

Tout d’abord, votre thérapeute vous demandera de choisir l’un des souvenirs ciblés que vous avez sélectionnés lors de la première phase. Vous identifierez plusieurs composantes du souvenir ciblé :

  • Une image mentale vive liée à ce souvenir
  • Une croyance négative à votre sujet
  • Des émotions et des sensations corporelles associées.

Il vous sera également demandé d’identifier une croyance positive à votre sujet liée à l’image mentale du souvenir et d’évaluer cette croyance en fonction de son degré de vérité.

Phase 4 : Désensibilisation

Pendant que vous vous concentrez sur le souvenir ciblé, votre thérapeute vous fait passer par des séries de stimulations. Ces séries peuvent inclure des mouvements oculaires, des tapotements tactiles ou des sons auditifs.

Après chaque série de stimulations, votre thérapeute vous demandera de faire le vide dans votre esprit et de discuter des idées, pensées, souvenirs, troubles anxieux, sentiments ou images qui vous sont venus à l’esprit. Si vous ressentez toujours des sensations négatives, elles deviendront le sujet de la prochaine série de stimulations. Ce processus se poursuit jusqu’à ce que le souvenir cible ne vous angoisse plus.

L’EMDR est conçu pour briser toute association que vous avez entre certains souvenirs et des symptômes négatifs.

Phase 5 : Installation

La cinquième phase de l’EMDR renforce la croyance positive que vous avez identifiée à la phase 3. Si vous souhaitez changer votre croyance positive pour quelque chose d’autre, c’est le moment de le faire.

Lorsque vous n’éprouvez plus de détresse liée au souvenir cible, votre thérapeute vous demandera de vous concentrer sur votre croyance positive. Tout en pensant au souvenir cible et à la croyance positive, votre thérapeute vous fera passer par d’autres séries de stimulation.

Phase 6 : Scan corporel

Après avoir renforcé votre croyance positive, votre thérapeute vous demandera de noter si vous avez une quelconque réaction physique en pensant au souvenir cible et à la croyance positive. L’objectif est d’identifier toute détresse résiduelle.

Si vous ressentez toujours une tension, votre thérapeute vous fera passer par d’autres séries de stimulations jusqu’à ce qu’elle soit résolue.

Phase 7 : Clôture

La clôture est utilisée pour terminer chaque séance. Au cours de cette phase, vous discutez avec votre thérapeute des progrès que vous avez réalisés et de la manière de les poursuivre au quotidien.

Votre thérapeute peut vous donner des devoirs à faire à la maison pour vous aider à maintenir vos progrès entre les séances jusqu’à la guérison. Les devoirs typiques sont les suivants : 

  • La tenue d’un journal quotidien qui permet de suivre vos progrès et les techniques de relaxation que vous apprenez.
  • La désensibilisation par l’imagerie qui vous permet d’imaginer ce que ce serait d’affronter progressivement vos peurs et moments douloureux.
  • Des techniques d’auto-assistance, comme la visualisation, qui vous permet d’utiliser votre imagination pour imaginer un environnement paisible.

Phase 8 : Réévaluation

Chaque nouvelle séance commence par une réévaluation. Votre thérapeute et vous discuterez de votre état psychologique actuel, et vous verrez si le traitement et les techniques d’autorelaxation fonctionnent.

Il vous demandera si des souvenirs ciblés sont apparus depuis la séance précédente. À ce stade, vous déterminerez également si vous devez travailler sur les autres souvenirs ciblés que vous avez identifiés lors de la première phase.

Ce que l’EMDR peut faire

Conçue à l’origine pour traiter le SSPT1, l’EMDR est une technique psychothérapeutique aujourd’hui utilisée pour traiter un grand nombre de problèmes de santé mentale, notamment :

  • Dépendances
  • L’anxiété
  • La douleur chronique
  • La dépression
  • Les troubles de l’alimentation
  • Attaques de panique
  • Trouble panique
  • Phobies

L’EMDR peut être utilisée seule ou en association avec d’autres techniques de psychothérapie (comme la TCC) et des médicaments.

Les bienfaits de l’EMDR

Les avantages de l’EMDR vont au-delà du SSPT et de la résolution des troubles psychologiques. Voici quelques avantages potentiels de cette approche thérapeutique :

  • Modifie les pensées négatives. L’EMDR peut vous aider à identifier, à remettre en question et même à changer les pensées négatives qui encombrent votre esprit.
  • Diminution de la douleur chronique. Les recherches montrent que la stimulation bilatérale active la région du cerveau associée à la relaxation et aux sentiments de confort.
  • Améliore l’estime de soi. L’EMDR fonctionne en ciblant les souvenirs pénibles et les pensées négatives associées à vous-même. En les identifiant à l’aide de psychothérapeutes cliniciens EMDR, vous apprenez à les traiter et à en guérir.
  • Nécessite un minimum de paroles. Avec l’EMDR, vous n’avez pas à divulguer tous les détails de votre expérience douloureuse comme vous le feriez dans une thérapie comportementale par la parole. L’EMDR est donc particulièrement utile pour les personnes souffrant de difficultés à parler de leur traumatisme.
  • Donne des résultats rapides. L’EMDR est classé parmi les psychothérapies brèves. Bien que le parcours de chacun soit différent, 80 à 90 % des personnes font état de résultats positifs dès les trois premières séances.

Efficacité de la psychologie EMDR

Selon l’American Psychological Association (APA), la thérapie EMDR est efficace pour traiter les symptômes du SSPT2.

 Une petite étude pilote a révélé que la thérapie EMDR était efficace pour traiter le SSPT et les symptômes psychotiques qui découlent d’un traumatisme.Le traitement a permis de réduire les symptômes de dépression et d’anxiété ainsi que d’améliorer l’estime de soi. 

Une étude publiée en 2017 comparant l’efficacité de l’EMDR à la TCC pour traiter les symptômes du trouble panique et améliorer la qualité de vie des patients a déterminé que l’EMDR est tout aussi efficace que la TCC7.

En 2017, une revue des études publiées sur l’efficacité de l’EMDR pour traiter les symptômes associés aux traumatismes chez les personnes souffrant de psychose, de dépression unipolaire, de trouble bipolaire, de troubles anxieux, de troubles liés à l’utilisation de substances et de douleurs dorsales chroniques a révélé que l’EMDR améliore effectivement les symptômes.

La revue a également trouvé des preuves que l’EMDR peut même aider à améliorer les autres symptômes non traumatiques que l’on trouve dans les troubles de l’humeur et peut être utile comme traitement supplémentaire pour les personnes souffrant de douleurs chroniques.

Le traitement par EMDR peut apporter un soulagement rapide. Il a même le potentiel de vous aider à commencer à vous sentir mieux dès la première séance. Cependant, la façon dont les individus réagissent à l’EMDR est très variable.

Points à prendre en compte

L’EMDR est considérée comme sûre, avec relativement peu d’effets secondaires. Bien qu’elle puisse être efficace, cette approche comporte certains pièges possibles :

  • Une prise de conscience accrue. Vous pouvez ressentir un niveau élevé d’émotion ou de sensation physique qui dure au-delà de la séance de thérapie. Certaines personnes disent faire des rêves désagréables lorsqu’elles commencent à retraiter des événements traumatiques.
  • Peut avoir un impact sur les souvenirs positifs. Tout comme la stimulation bilatérale peut réduire l’intensité des expériences douloureuses, elle peut également rendre les souvenirs positifs moins agréables.
  • Risque de retraumatisation. Si l’EMDR n’est pas utilisée de manière appropriée, elle peut donner aux personnes concernées le sentiment d’être retraumatisées ou immobilisées.
  • Nécessite plusieurs séances. Il faut parfois un certain temps avant de constater des effets positifs. Pour certains, cela peut devenir un obstacle financier.

Penser à des événements traumatisants peut être angoissant, surtout au début de la thérapie. Travaillez avec votre thérapeute pour trouver des moyens de faire face à vos sentiments à mesure que vous avancez dans la thérapie.

Comment commencer la psychologie EMDR

Si vous pensez que vous ou un de vos proches pourrait bénéficier de l’EMDR, suivez les étapes suivantes :

  • Déterminez vos préférences personnelles. Lorsque vous choisissez un thérapeute, il est important de trouver quelqu’un avec qui vous pensez que vous travaillerez bien. Êtes-vous plus à l’aise avec un thérapeute d’un certain âge ou d’une certaine identité sexuelle ? Préférez-vous une thérapie en personne ou en ligne ?
  • Faites appel à un professionnel qualifié. L’EMDR est une thérapie spécialisée qui nécessite une certification et un agrément spécifiques. Pour trouver un thérapeute EMDR qualifié, commencez par l’onglet « Trouver un thérapeute EMDR » sur le site de l’Association internationale EMDR.
  • Demandez-lui quelle est sa spécialité. Tous les thérapeutes EMDR ne sont pas spécialisés dans tous les problèmes de santé mentale. Beaucoup se spécialisent dans le travail avec les personnes souffrant de SSPT, par exemple. Avant de vous engager avec un thérapeute, demandez-lui quelle expérience il a de l’EMDR pour votre problème particulier.
  • Sachez à quoi vous attendre. Votre première séance peut s’apparenter à un rendez-vous chez le médecin. Cela signifie que vous devrez peut-être remplir divers formulaires médicaux concernant vos informations personnelles, votre assurance maladie, vos antécédents médicaux et familiaux.